Le COVID-19 : étincelle de la révolution de l’e-santé

published by Medicacom The 27 November 2020

L’apparition du COVID-19, a montré à tout le monde les faiblesses et les failles des systèmes de santé dans plusieurs pays, plus particulièrement ceux qui ne sont pas à jour des nouvelles technologies  et qui n’utilisent pas de l’intelligence artificielle et la digitalisation dans la gouvernance des établissements de la santé publique. En effet la vitesse de contamination du virus détectée est très rapide de sorte que ces pays n’ont pas arrivé à contrôler sa propagation. Avec ces conditions ils se sont rendus compte finalement de l’importance de la digitalisation et de la data science dans la gestion des crises sanitaires et dans la prévision des risques pour la lutte précoce contre les pandémies. En effet l’IA  permet aux intervenants du secteur de la santé de prédire des solutions efficaces pour gérer la crise en leur permettant de prévoir la capacité en lits et la demande en matériels médicaux dans les services hospitaliers, et en identifiant les causes possibles du développement et de propagation du virus.

D’après les statistiques, la pandémie de coronavirus ,après son apparition, a fait évoluer le nombre de start-up actives dans le domaine des technologies de la santé dans le monde et surtout dans les pays en cours de développement sur le continent d’Afrique et à mentionner  que les volontés politiques, sont concentrées sur l’application de l’e-santé dans leurs établissements afin de prendre les décisions sanitaires et politiques les plus convenables avec la situation actuelle.

Recourt à l’intelligence artificielle dans le monde entier pour lutter contre le COVID-19

La prévention du COVID par la mise en œuvre des applications de traçabilité

 Plusieurs applications et logiciels, sont mis en œuvre dans le monde, par tous les intervenants de la société : experts en santé, entrepreneurs, développeurs, chercheurs, et  étudiants tous sont mobilisés pour lutter contre la propagation de l’épidémie ; notamment les applications de traçabilité.

 La Chine c’est là où la guerre contre le l’épidémie a commencé et grâce à l’IA que ce pays a réussi à le vaincre ; et c’est pourquoi l’expérience de la Chine avec le COVID est devenue un exemple à suivre. La Chine a développé des applications de traçabilité en utilisant  les données de la géolocalisation pour suivre les déplacements des habitants, ce qui a  facilité l’identification des personnes ayant croisé des malades. Après l’installation de l’application, l'utilisateur introduit ses coordonnées: son nom, son numéro d'identité et son numéro de téléphone. Le logiciel lui attribue ensuite un «code de santé» vert (aucun problème), jaune  (quarantaine à domicile) ou rouge (quarantaine dans un centre fermé). Le code change suivant les déplacements de l’utilisateur.

 En France, une application de traçabilité via Bluetooth  est lancée, elle est nommée  « STOP COVID »,   cette dernière permet à chaque personne ayant téléchargé l’application et dépistée positive au coronavirus d'alerter par une notification de façon anonyme les personnes passées à sa proximité.

 La Tunisie a également lancé son application de traçabilité « E7MINI » qui permet via Bluetooth d’identifier et prévenir les personnes ayant été en contact proche avec une personne diagnostiquée positive au virus. Si un utilisateur de l’application est testé positif, l’Observatoire des maladies émergentes  averti les autres utilisateurs ayant croisé le trajet de son smart phone, ceci se fait à travers les informations transmises par le téléphone à un serveur. Le Maroc a opté aussi pour une application similaire « Wiqaytna » (même concept que la France et la Tunisie).

Le diagnostic du COVID par les applications

D’autres applications sont développées pour le diagnostic de l’épidémie par l’imagerie médicale. Parlant d’un logiciel développé par un groupe de chercheurs tunisiens qui détecte dans quelques secondes et avec une précision de 90%  les symptômes du COVID-19  sur les radiographies thoraciques des personnes infectées. L’identification de la personne infectée se fait par comparaison automatique par imagerie du radio-thorax du malade suspect avec des dizaines de milliers d’images pulmonaires provenant d’hôpitaux en Chine, en Italie et en Espagne injectées sur le logiciel comme base de données. Le logiciel est disponible gratuitement sur internet. Tout le monde a l’accès sur une interface utilisateur  là où il peut télécharger des images radiographiques scannées et obtenir le résultat.

L’Institut Pasteur en France utilise également le deep learning dans ses recherches afin d’améliorer l’efficacité de l’imagerie médicale et de prévoir l’évolution de la maladie chez un patient et par suite l’exposer aux soins nécessaires.

Une autre méthode pour se faire dépister avec l’IA : Un modèle d'intelligence artificielle développé par des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) est capable d’identifier les porteurs du virus à partir de la toux en la comparant avec une base de données d’enregistrement audio des toux.

Rôle de l’analyse des données dans la recherche scientifique du COVID

L’analyse de la data et son utilisation dans la recherche scientifique est très efficace pour comprendre plus rapidement le virus et trouver le plutôt possible le traitement convenable.

 Pour traiter la COVID-19, la recherche scientifique s’est penchée sur la compréhension de la dynamique du virus par la modélisation informatique du fonctionnement du virus dans l'organisme afin de désigner les médicaments permettant de le cibler.

Dans ce cadre la société Deepmind décide d’impliquer l’IA sa recherche scientifique avec son nouvel outil AlphaFold, qui permet de modéliser les protéines du virus pour mieux l’étudier.